Un petit tour au Marché Russe

Je ne suis pas sûre que tous ces témoignages sur Phnom Penh auraient été complets, sans un tour au marché Russe. Comme je le précisais ici la semaine dernière, cet endroit est assez incroyable et excitant.

DSC01043Bienvenue au Marché Russe !

Phnom Penh possède plusieurs grands marchés, qui ressemblent très peu aux nôtres. Ce ne sont pas de petites places où des commerçants viennent poser leurs tables une fois par semaine. Ce sont plutôt des halles faites de bric et de broc, parfois couvertes, qui proposent des tas de trucs. Ils sont généralement permanents. Ici, on va beaucoup plus au marché parce que les choses y sont largement moins chères que dans les supermarchés, et surtout, on peut négocier.

Le marché Russe est très prisé par les étrangers (dont moi), parce qu’il est assez grand et adapté aux touristes. En effet, en plus des produits qu’on peut trouver dans beaucoup d’autres marchés khmers, il y a aussi pas mal de « souvenirs » : des figurines en bois, des tableaux, des bijoux « typiques »… On l’appelle ainsi parce que c’est ici que les dames russes faisaient leurs courses, du temps où le Cambodge était sous l’égide du pacte de Varsovie. Aujourd’hui on n’y croise pratiquement aucun russe, c’est assez décevant…

DSC01034Demandez mes vraies antiquités en plastique !

Il est organisé de manière assez logique et au bout d’un moment, il est difficile de s’y perdre. D’un côté on trouve les fringues, les tissus, bijoux, sacs, sculptures, les DVD, le high-tech… Mais aussi les produits ménagers, et les pièces détachées de scoot et de motos. De l’autre côté il y a la nourriture. On trouve des stands de fruits et légumes mais aussi de la viande, et pas mal de poisson. Phnom Penh et juste à côté du Mékong et du Tonlé Sap, donc on peut y trouver des poissons de rivières.

Au début, ça fait bizarre d’y trouver des marques très présentes en Europe, telles que H&M, New Look, Zara… Mais c’est en fait assez logique puisque ces vêtements sont confectionnés ici, ou dans les pays voisins. Il y a vraiment toutes sortes d’habits mais pour négocier, je n’ai pas vraiment de conseils. Certains vendeurs baissent très facilement les prix, d’autres sont plus difficiles et d’autres refusent catégoriquement. La zone des tissus est intéressante, parce qu’on peut y trouver des couturières confectionnant des vêtements sur commande à toute vitesse. Personnellement, je suis assez fascinée par les bijoutiers aux vitrines poussiéreuses exposant des tas de bracelets argentés. Mais comme il n’est pas trop recommandé de porter des bijoux ici, je n’ai jamais flanché. Enfin, pour ceux qui veulent s’acheter une console d’ancienne génération à la provenance douteuse, c’est l’endroit rêvé.

La zone nourriture est assez fascinante. On passe d’odeurs en odeurs, certaines rebutantes, certaines alléchantes. Si vous avez l’estomac fragile, je vous déconseille d’acheter de la viande sans être accompagné d’un connaisseur. Certaines mouches et certaines odeurs laissent un doute sur l’existence d’une quelconque chaine du froid. Et pour cause : la viande est souvent acheminée des abattoirs aux marchés en mobylette.

DSC01049Miam miam ?

Pour les fruits et les légumes, il est recommandé de ne rien acheter pelé. Les célèbres petites bananes sont, comme on me l’avait garanti, excellentes, et les mangues sont carrément à tomber. On trouve aussi des vendeurs d’épiceries et de produits secs.

J’aime le marché russe pour son atmosphère. Les couloirs sont si étroits et la marchandise si abondante que parfois, les sons semblent étouffés. Des tas de khmers viennent faire leurs emplettes ici. Et il suffit de faire un petit tour pour en prendre plein les yeux.

DSC01047

Publicités

Le musée des Confluences ouvre ses portes

[article publié dans le cadre d’un cours]

Le 19 octobre aura lieu l’inauguration du Musée des Confluences de Lyon. Le bâtiment, que les lyonnais voient évoluer depuis plusieurs années, pourra enfin accueillir du public. Et contrairement à ce que raconte la légende, il n’a pas été designé à partir d’un détritus jeté sur un bureau.

Un musée coûteux
Mais la plus grosse polémique c’est le prix de construction du bâtiment. Le budget initial a été multiplié par cinq, passant de 61 millions d’euros à 328,5. Des dépenses vues d’un très mauvais œil, notamment par les petits exposants.

La Canol, une association de contribuables lyonnais, a fait remarquer que les dépenses liées au musée représentaient un “record de France du dérapage”. Pierre Desroches, l’un de ses membres, a déploré :

Pour ces musées, les dépassements budgétaires sont de 35% à 90%. Pas 400%.

Sans compter que le bâtiment arrive avec six ans de retard.

Un nouveau musée dans le parc culturel de la région
http://liloodalas.cartodb.com/viz/48ba2cb8-86c4-11e4-a5fd-0e9d821ea90d/embed_map

Le musée des Confluences viendra s’ajouter à une collection collection de musées déjà conséquente au sein de la région. En tête, le musée de Grenoble qui a accueilli 285,923 visiteurs en 2012. Dans le top 10 des musées les plus visités de la région, Lyon n’en compte que deux.

Un score étonnamment bas pour une si grande ville. Reste à savoir si le Musée des Confluences va inverser cette tendance. Dès le 20 décembre, les visiteurs découvriront trois expositions temporaires.

Le mammouth de Confluence
C’est probablement la pièce la plus impressionnante du musée. Le mammouth de Choulans est arrivé il y a deux semaines dans la salle de l’exposition permanente “origine, les récits du monde”. Ce squelette n’a rien d’anodin pour les lyonnais. Beaucoup l’ont découvert au musée d’histoire naturelle Guimet, qui a fermé ses portes en 2007.

mammouth

Quatre morts dans un attentat en Tunisie

[exercice de cours]

Quatre militaires sont morts dans un attentat en Tunisie, le mercredi 5 Novembre. L’attaque a eu lieu près de la frontière algérienne, alors que certains soldats revenaient de permission, quand d’autres y partaient.

Il s’agit de la première attaque suite aux élections législatives du 26 Octobre dernier. Les autorités avaient plusieurs fois dit craindre des attentats, dans un contexte politique pour l’instant instable. Le porte-parole du ministère Belhassen Oueslati a qualifié les agresseurs de « terroristes », en ajoutant que ceux-ci venaient des montagnes. Depuis fin 2012, les jihadistes embusqués dans les montagnes sont un problème sérieux pour l’armée tunisienne. Les combats se concentrent dans la région du mont Chaambi, dans le centre-Ouest du pays.

Des présidentielles sous tension

Des élections présidentielles doivent se dérouler le 23 Octobre : ce sera la troisième élection libre depuis la chute de Zine Ben Ali en 2011, durant la « révolution de Jasmin« . Suite à cet événement, le parti islamiste Ennahda avait été élu. Incapable de faire face aux problématiques du pays, le parti a appelé à la formation d’un gouvernement d’union. En effet, Ennahda n’a remporté que 69 sièges au parlement lors des dernières élections.

Compte tenu de l’instabilité politique et sociale et politique du pays, les autorités redoutent toujours de nouveaux attentats, d’ici les élections présidentielles dans dix jours.

Hello !

Un mini passage post réveillon de Noël simplement pour dire que ça y est, j’ai commencé mon stage chez MadmoiZelle ! Le premier gros article que j’ai posté est ici, mais il y en aura vite d’autres !

Je n’ai pas l’occasion de poster en ce moment, mais je voulais simplement vous parler de cette rubrique sur France Culture. Ce qui nous arrive sur la toile, une chronique de Xavier de la Porte analysant avec rapidité et humour l’actualité et les tendances d’internet. Selfies, drônes, streaming… tout y passe et c’est aussi drôle qu’instructif. Sans compter qu’elle est plutôt intemporelle : je me suis fait quatre pages en un aprem sans trouver ça ennuyeux. Quand on a un dessin ou une mise en page à faire et qu’on a besoin d’écouter quelque chose d’intéressant pour ne pas mourir d’ennui, c’est l’idéal. La chronique semble avoir changé de mains depuis quelques jours et je suis moins fan du nouveau journaliste. Mais les anciennes sont toujours en ligne !

Bonnes fêtes !

PS : et premier enseignement de mon stage : insérer des liens. Le début de la gloire !