Au revoir Phnom Penh, bonjour Bangkok

Dire que je commençais à m’habituer au Cambodge aurait été un mensonge : je m’y étais habituée dès le départ. Phnom Penh m’avait tout de suite plu, contre toute attente pour moi qui suis plutôt casanière. Je suis donc très triste de devoir quitter cet endroit.

J’étais à Phnom Penh dans le cadre d’un stage, pour quatre mois. Ce premier mois s’était très bien déroulé, mais tout s’est brusquement arrêté avec la fermeture de l’entreprise où je travaillais. Les médias francophones ne courent pas les rues ici. En vitesse, je dois changer mes plans : acheter un billet d’avion, trouver un coloc pour me remplacer, créer une nouvelle convention de stage, interrompre celle en cours… La semaine prochaine, je pars pour Bangkok.

Bangkok, j’en ai pas mal entendu parler, contrairement à Phnom Penh dont je ne connaissais rien. Je l’ai survolée lors de mon arrivée en Asie, j’ai contemplé avec étonnement l’immensité de la ville. Je l’ai comparée aux lumières de Phnom Penh, presque toutes éteintes lorsque je suis arrivée à 22h. La Thaïlande, c’est ce pays où il y a eu un coup d’État l’an dernier, actuellement sous gouvernance militaire. C’est cet endroit où on mange très très bien pour pas très cher, et où les bouchons sont tellement constants que le ciel est tout le temps gris. Je ne sais pas trop quoi attendre de mon départ là-bas : je suis excitée de découvrir un nouveau pays d’Asie. Mais les grandes villes n’ont jamais été mon truc.

Malgré ça, il faut savoir se lancer des défis. Partir en Asie en était un en soi… je vais donc continuer sur ma lancée ! Je suis très triste de quitter le Cambodge. Je m’étais attachée à ces gens qui sourient tout le temps. J’aimais prendre le tuk-tuk, c’était très agréable. J’aimais aussi prendre les motodop, ces types qui attendent à chaque coin de rue avec leur moto et t’emmènent n’importe où en ville pour pas cher. J’adorais par dessus tout la rue qui longe le palais royal, celle que j’empruntais chaque matin pour aller au travail. Elle est interdite à la circulation, donc très calme et étonnamment fraîche. Je suis loin d’avoir tout fait sur ma liste de choses à faire, et j’en suis très déçue. Du coup, je n’ai pas mis « adieu Phnom Penh », j’ai mis « au revoir ».

DSC01088

Publicités

Une réflexion sur “Au revoir Phnom Penh, bonjour Bangkok

  1. Pingback: Bangkok, septième jour | liloodalas

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s